Définition du travail isolé

Le travail isolé est communément défini comme un salarié exerçant son activité hors de portée de vue ou de voix d'autres personnes, même à proximité géographique, et ne pouvant être secouru rapidement en cas d'incident.

De plus, l'INRS définit le travail isolé ainsi :

Travailler de façon isolée, c’est réaliser seul une tâche dans un environnement de travail où l’on ne peut être vu ou entendu directement par d’autres personnes, et où la probabilité de visite est faible.
Travail isolé. Ce qu’il faut retenir - Risques - INRS
Douleurs, lumbago, chute, troubles musculosquelettiques… L’activité physique malgré les progrès techniques reste la principale source d’accidents du travail et de maladies professionnelles.

Il est important de noter que les définitions ne mentionnent pas la notion de temps et que la proximité géographique d'un individu n'assure pas non plus une protection efficace.

L'employeur se doit donc d'analyser les situations de travail isolé et leurs conséquences éventuelles. Plus la durée d'isolement est longue, plus le travailleur isolé court de risques. De même la dangerosité du site est à prendre en compte. Il est beaucoup plus risqué, voire fatal, de rester isolé cinq minutes en milieu explosif ou inflammable, plutôt qu'en milieu classique.

Travail isolé. Expositions aux risques - Risques - INRS
Le travail isolé est un facteur de risque important mais les situations de travail concernées sont souvent mal identifiées dans les entreprises.

Ainsi, nous constatons que la définition du travail isolé est très large et concerne donc un très grand nombre de secteurs tels que l'industrie, le transport, les sociétés de services, les hôpitaux, l'agriculture, le commerce, la logistique, etc.

Nous pouvons citer en exemples quelques métiers pouvant être impactés : gardien de nuit, agent d'entretien, infirmière, conducteur de bus, ouvrier, technicien, livreur, technico-commercial.

Cependant, le travail isolé n'est pas un risque en soit, mais un facteur aggravant en cas d'incident.

L'INRS explique :

Dans une situation de travail « classique » et à l’inverse d’une situation de travail isolé, le salarié peut compter, en cas de dysfonctionnement ou d’accident, sur l’assistance de ses collègues ou des personnes qui l’entourent.
Un travailleur isolé ne peut compter que sur lui-même. En cas de difficultés, ses décisions peuvent être inadaptées et se révéler dangereuses. De plus, quand un accident survient, l’isolement peut être un facteur d’aggravation, le travailleur accidenté pouvant avoir des difficultés à être secouru.

Ce que dit la loi

Comme stipulé dans le Code du Travail (article L230-2 de la loi n°91-1414), les chefs d'entreprise ont pour obligation générale d'assurer la sécurité et la santé de leurs employés. En outre, ils sont tenus de se conformer à l'article R237-10 (décret n°92-158) explicitant que « Lorsque l'opération est exécutée de nuit ou dans un lieu isolé ou à un moment où l'activité de l'entreprise utilisatrice est interrompue, le chef de l'entreprise extérieure concerné doit prendre les mesures nécessaires pour qu'aucun salarié ne travaille isolément en un point où il ne pourrait être secouru à bref délai en cas d'accident », ainsi qu'à l'article R4543-19 (décret n°2008-1325) stipulant qu'un « travailleur isolé doit pouvoir signaler toute situation de détresse et être secouru dans les meilleurs délais ».

L'INRS rappelle que :

La démarche de prévention des risques professionnels impose avant tout à l’employeur de chercher à éviter les risques ou à les limiter (article L. 4121-1 du Code du travail). Les mesures, mises en place sur le fondement des principes généraux de prévention (article L.4121-2 du Code du travail), auront pour objet de maîtriser les risques qui ne peuvent être évités, en intégrant la sécurité le plus en amont possible des procédés de travail, et en privilégiant les mesures de protection collective sur les moyens de protection individuelle.
En raison notamment de la grande diversité de situations rencontrées, le code du travail confère à l’employeur le pouvoir et la responsabilité :
  • d’identifier les situations d’isolement physique,
  • d’apprécier l’opportunité de prendre en considération ces situations et d’y remédier,
  • de déterminer les mesures appropriées à leur prévention.
Cette approche conduira à rechercher des mesures organisationnelles, des mesures de protection collective, des moyens de protection individuelle, mais aussi des mesures de formation et d’information des travailleurs appropriés aux problèmes spécifiques liés à l’isolement.
Travail isolé. Réglementation - Risques - INRS
L’employeur se doit d’analyser les situations de travail isolé et leurs conséquences éventuelles dans le cadre de son évaluation des risques. Il lui appartient de prendre les mesures de prévention et d’organisation des secours à mettre en œuvre.

Un exemple malheureusement très concret donné par un arrêt de la Cour de Cassation rappelle les obligations de l'employeur et la notion de travail isolé dans le code du travail.

Le directeur d'une société de maintenance a été condamné par la Cour d'Appel de Lyon pour homicide involontaire et pour manquement à son « obligation d’assurer la sécurité des salariés isolés, pendant l’exécution des travaux effectués dans un établissement par une entreprise extérieure, prévue par l’article R. 237-10, devenu l’article R. 4512-13, du Code du travail ». Décision qui a été confirmée par la Cour de Cassation.

Les types de risques que le travailleur isolé peut rencontrer

Les risques médicaux

Certaines personnes présentent des pathologies pouvant provoquer l'apparition de symptômes pouvant handicaper, rendre dangereuse, voire impossible la mission du travailleur isolé, même temporairement.

Les malaises ou crises cardiaques peuvent être fatals s'ils ne sont pas pris en charge rapidement. Cependant, un travailleur isolé n'aura aucun recours afin d'appeler à l'aide s'il n'est pas porteur d'un DATI.

Les risques psychologiques

Les risques psychologiques sont souvent moins considérés que les risques physiques. Ils sont pourtant tout aussi importants. Cette notion d’isolement psychique connait une variabilité personnelle très importante.

Les situations d’isolement sont plus ou moins bien supportées par les travailleurs. Leurs réactions peuvent être très diverses, selon leurs appréciations et leurs perceptions individuelles de l’isolement.

Ces situations d'isolement peuvent provoquer des angoisses, du stress ou encore des phobies et peuvent être perçues comme un abandon ou un risque accentué. Ces conditions peuvent, elles aussi, handicaper, rendre dangereuse voire impossible la mission du travailleur isolé.

Les risques extérieurs

Les risques extérieurs se caractérisent par tout élément externe à la société pouvant menacer le travailleur isolé. Nous parlons donc d'agressions verbales, physiques ou psychologiques par des personnes ou des animaux par exemple.

Le travail isolé contribue à favoriser les agressions, car une personne seule est plus vulnérable et aura moins de recours (appel à l'aide, témoins, etc.). La spécificité de certains secteurs professionnels exposent plus fréquemment les personnels à ces risques. Et c'est souvent dans ces secteurs professionnels que nous retrouvons le plus de travailleurs isolés.

Les risques dûs aux accidents

N’importe qui peut être confronté à un risque d’accident (chute, blessure…), très difficile à anticiper. Des DATI (Dispositif d'Alarme pour Travailleur Isolé), permettent justement de détecter et d’alerter automatiquement en cas de problème.

Comment faire face à ces risques ?

Tout d'abord, les principes généraux de prévention s'appliquent pleinement aux risques du travail isolé. L'INRS explique ces principes dans la page suivante.

Principes généraux de la démarche de prévention. Introduction à la prévention - Démarches de prévention - INRS
La prévention des risques professionnels poursuit un objectif : préserver la santé et la sécurité des salariés. Cette démarche est guidée par des principes généraux, des valeurs essentielles et des bonnes pratiques qu’il est indispensable de

L'INRS a aussi rédigé une page concernant la prévention des risques liés au travail isolé que vous pouvez trouver ci-dessous.

Travail isolé. Démarche de prévention - Risques - INRS
La prévention des risques liés au travail isolé suppose d’agir sur l’organisation du travail, sur la formation et l’information des salariés ainsi que sur le déclenchement et l’organisation des secours.

Il conviendra donc, par exemple, de :

  • Former et informer : repérer les limites de compétences, informer les postes de courte durée (intérimaires et CDD), conduite à tenir en cas d'incident pour éviter son aggravation, gestion du stress, etc.
  • Exercer une surveillance régulière à distance ou physique. Mettre en place une permanence téléphonique.
  • Équiper les porteurs de certaines pathologies d'une carte de l'entreprise à contacter avec les informations de contact, ainsi qu'une carte d'identification de la pathologie et des gestes de premiers secours.
  • Équiper les travailleurs d'un moyen d'alerte tel qu'un Dispositif d'Alarme pour Travailleurs Isolés (DATI).

La solution Eazen

Ange gardien 4.0, Eazen veille, alerte et accélère l'intervention des secours pour les travailleurs isolés en difficulté. Sa raison d'être ? Protéger, simplement et efficacement.

Communément appelé DATI (Dispositif d'Alarme pour Travailleurs Isolés), ou encore EPI connecté (Équipement de Protection Individuel intelligent), Eazen est donc idéale et salvatrice pour tous les chefs d'entreprise, responsables RH ou services faisant de la sécurité de leurs collaborateurs une priorité.

Innovante, la solution Eazen est constituée d'une application pour smartphone servant de détecteur et de système de lancement d'alertes et d'une interface de gestion en ligne.

Un travailleur isolé est en danger ?!

Son téléphone détecte une situation anormale et envoie automatiquement une alerte au veilleur qui s'occupera de le recontacter et, si besoin, d'appeler les secours pour lui venir en aide, en un minimum de temps ! Cette procédure est nommée « levée de doute ».

Le veilleur ?

C'est une personne de confiance conjointement désignée par le travailleur isolé et l'administrateur, superviseur de la solution.

Choisir Eazen, c’est faire le choix de la facilité et de la simplicité.

Concrètement, cela signifie que vous n'aurez aucun matériel à acheter ni systèmes complexes à installer et maintenir. Vous disposerez par ailleurs d'interfaces simples et intuitives et bénéficierez d'une mise en place expresse de la solution.

Pour finir de vous rendre plus zen, Eazen vous propose des prix attractifs et dégressifs, une possibilité de test de la solution sans engagement...et un bon fonctionnement du dispositif assuré 7 jours / 7, 24h/24.

Contactez-nous ! Tout ce que vous risquez : c'est d'encore mieux protéger les travailleurs isolés sur lesquels vous veillez !